C.I.L - I.B.S.C.

 
180 articles,
11 breves
4 sites à ce jour
Admin 19|10|2017 Plan du site Agenda Liens Rédacteurs Contact Admin
Accueil >>  Betta splendens de sélection >>  Reproduction et sélection

Résumé des conseils pour élever son Betta splendens

mardi 3 octobre 2006 - Si vous aimez cet article cliquez sur


Cet article, présent également sur le forum CIL, est une compilation de conseils réalisée par Joffrey. Pour plus d’infos je vous invite à visiter le post original sur le forum CIL en suivant ce lien


1 - Sa nourriture


On peut varier la nourriture des Bettas. Le meilleur moyen de savoir ce qu’ils mangent est d’essayer. Insister un peu en donnant 2 ou 3 fois avant de renoncer.

 Les granulés. Ils sont équilibrés. (Exemple : Sera granumix, Tetra Rubin en granulés, granulés pour élevage "industriel" de poissons comme les Truites). Le produit doit contenir au moins 45% de protéines et pas plus de 10% de graisses. On peut les alterner avec des artémias congelées.

 Les artémias. Elles sont une excellente nourriture, il n’y quasiment jamais de problème avec elles, même données tous les jours. Vivantes, congelées, lyophilisées ou en pâtée. Elles contiennent beaucoup de protéines, du calcium et du carotène.

 Les flocons. Difficile parfois, car nos petits coquins les boudent si ils n’ont pas été habitués à en manger dès leur plus jeune âge (exemples : TetraBettaMIN, JBL Color…).

 La gelée. Il en existe à base de Daphnies, larves de moustiques rouges et Artémias. Elle se présente sous forme de petits sachets individuels (exemple : TetraDelica). Les inconvénients : pas bon marché et salissant pour le bac !

 Ils adorent les vers de vase vivants, mais semblent avoir des problèmes pour les digérer au bout d’un certain temps si leur alimentation n’est faite que de çà. 5 à 6 vers par jours 3 fois par semaine est un maximum. On les utilise surtout avant un concours ou une reproduction pour leur donner du punch. Les vers de vase contiennent beaucoup de protéines et de l’hémoglobine.

 La nourriture vivante. Les diverses sortes de larves de moustiques, les Enchytrées et Grindals (un peu gras) sont bons à condition de ne pas en abuser. Aussi, les vers noirs = blackworms = vers aquatiques, les daphnies, et les artémias.

 Ils grignoteront aussi de temps en temps un moustique ou une drosophile.

 La pâtée "maison" de Art : poisson/coeur de poulet/épinards.
La recette du chef en ses mots propres : "Bon, à la louche...
Un carré de poisson surgelé (100 gr)
250 gr de coeurs de poulet
200 gr de moules (sans les coquilles )
Une poignée d’épinard surgelé.

Au choix, des petits bonus (artémias, oeufs de poisson...)

Eventuellement une demi gousse d’ail (pour le goût).

C’est une idée générale, ça vient pas à 10 grammes près, hein !

On mixe le tout finement, et on congèle en plaque.

J’en donne de préférence aux futurs parents, et aux subadultes... dès qu’ils sont en mesure d’en manger.

Les avantages... Une semaine avec un peu de cette pâtée tous les jours, et les femelles ne demandent qu’a se trouver un mâle. Les mâles quant à eux sont prêts à passer quelque temps à jeûner pour s’occuper des petits sans les dévorer.

La présence de verdure régule le transit et évite la constipation.

Lorsque j’en donne, hors prépa repro, je les laisse jeûner 3 (voire 4) jours après. Ce rythme me parait le plus naturel... de toutes façons, je nourris mes Bettas adultes de façon copieuse, mais très espacée... A l’image d’un prédateur. Je trouve un peu aberrant de distribuer au compte goutte chaque jour... dans la nature, on n’a pas tous les jours dans son assiette... Et... quand on a à manger, on fait des réserves.

Aucun poisson à ce jour n’a dédaigné cette nourriture.

Les petits apprennent à l’apprécier très vite, ce qui est plus facile pour l’alimentation. Elle permet une croissance très rapide.

Depuis que j’ai expérimenté ça, je n’ai que des bons résultats...

(on peut remplacer les épinards par des haricots)

Je n’ai jamais consommé, parce que ça ne sent pas super bon..."

 Le jeûne est à proscrire pour les alevins ou les jeunes en croissance .Il est bénéfique pour les adultes et pour les "vieux". Faire jeûner son Betta un jour par semaine. Ou choisir la méthode de Art : "Menus prédateurs" grosses doses avec 3 jours de jeûne par semaine.

Règles générales :
 Ne pas mélanger nourriture vivante et autre chose dans le même repas.
 Donner 2 repas par jour avec la quantité que le poisson pourra manger en 2 à 4 minutes.


2 - Son eau.


La meilleure solution est l’eau du robinet à laquelle on ajoute un produit qui neutralise le chlore et qui réagit avec les métaux lourds (exemple : JBL Biotopol), si tant est que sa qualité respecte les valeurs suivantes :

Nitrates (NO3-) : moins de 50mg/L
Nitrites (NO2-) : moins de 1mg/L voire nul.
GH : Entre 5 et 22°d (7-8 préconisé pour la reproduction)
KH : environ 10°d
pH : entre 6 et 8 (7 préconisé pour la reproduction)
Température : idéale 25°C, ok entre 20 et 28°C. Moins de 25°C ils sont moins actifs et vieillissent moins vite, (26-27°C pour la reproduction).

L’eau des Betta Splendens peut être très variable... Certains spécialistes élèvent leurs poissons dans de l’eau très dure, d’autres dans de l’eau mi-dure. Le plus important lors de l’acquisition d’un poisson est de connaître sa provenance et la qualité de l’eau dans laquelle il a été élevé. Ensuite, il faut l’acclimater progressivement.

L’eau filtrée pure (exemple : filtre Brita) est à proscrire car elle est tellement adoucie (GH<3°d et KH<3°d, pH du robinet –1.5), qu’il ne reste plus assez d’éléments pour tamponner l’acidité. Ou alors elle doit être coupée avec de l’eau du robinet.

L’utilisation d’eau 100% osmosée pour des Bettas est du gaspillage... D’autre part c’est mauvais pour la stabilisation du pH et aussi elle est dépourvue des sels minéraux dont les poissons ont besoin pour vivre.


3 - L’aquarium.


NE JAMAIS METTRE UN POISSON DIRECTEMENT DANS UN BAC FILTRE AVANT AU MOINS 3 SEMAINES. Se renseigner sur le pic de nitrites. (De précieux renseignements sur l’aquariophilie se trouvent sur http://aquafish.free.fr ).

NE JAMAIS METTRE DEUX MALES ENSEMBLE DANS UN MEME BAC. Ils s’entretueraient (dois-je rajouter : A MORT !!!). (Sauf si ils sont nés dans le même bac).

 Favoriser le choix d’un aquarium avec filtre/pompe, éclairage...
Eviter de mettre votre Betta dans un bac de hauteur supérieure à 50cm (idéalement 20cm). Un bac très densément planté permet d’améliorer les conditions de vie et de diminuer le stress. Les plantes flottantes sont très appréciées par nos amis, de plus elle facilite la création des nids de bulles.
En règle générale il faut que la pompe soit réglée à trois fois le volume d’eau totale de l’aquarium par heure. Rappel : les Bettas se fatiguent vite dans le courant à cause de la surface de leurs grandes nageoires. Il faut respecter les règles habituelles de l’aquariophilie et minimiser les remous pour les Bettas. Il est possible d’avoir un débit de filtration efficace, en utilisant un rejet par canne percée qui ne provoque pas de gros courants.

 Le choix du petit bac ou de la boule.
Dans un petit volume (moins de 5 litres), si l’eau n’est pas filtrée, on ne peut pas avoir de système biologique ; il faut dès lors changer 3/4 de l’eau tous les 3 jours, et dans ce cas, le sable et les décors sont des pièges à saleté à éviter.


4 - Les traitements préventifs et les dopants.


Il est fortement déconseillé d’utiliser des traitements préventifs (exemple BettaMAX), car un poisson maintenu dans de bonnes conditions n’en a pas besoin. Les traitements préventifs sont très mauvais car ils empêchent les poissons de s’habituer à faire des anticorps et donc quand ils se trouvent devant une maladie ils ne savent pas se défendre. L’emploi de médicaments a aussi pour effet de créer des souches de microbes résistants donc il faut les utiliser avec parcimonie et uniquement en cas d’urgence.

Dans un premier temps il faut respecter l’hygiène de l’eau (on a rarement vu des poissons malades dans une eau saine), ensuite observer souvent ses poissons. Quand malgré tout, on voit un malade, il faut l’isoler, mettre une cuillère à café de sel (privilégier le sel sans iode ni fluor) par litre, changer l’eau tous les jours et le faire jeûner deux jours (Parfois il s’agit d’une simple indigestion). Il faut faire un grand changement d’eau dans le bac où il était. Si après trois jours le poisson ne remonte pas la pente, le traiter avec du FMC si c’est autre que bactérien et si c’est bactérien le plonger dans une solution de 30g de sel par litre pendant 10mn (nourrir le poisson juste avant de le mettre dans la solution) puis le mettre dans un bac avec une cuillère de sel par litre et un produit du commerce contre les bactéries, répéter l’opération le lendemain. S’il n’y a pas de changement après trois jours ou que le poisson ne mange plus depuis 2 jours (même de la nourriture vivante) il est rare de réussir à le sauver.

Après chaque maladie il faut se poser la question de savoir quelle en a été la cause et s’assurer que cela ne se reproduise plus !

 Le sel n’est pas un médicament qui peut guérir des maladies ; beaucoup d’éleveurs ont constaté qu’un peu de sel peut aider le Betta (soulagement du travail demandé par la pression osmotique ; vertus cicatrisantes).

 le Bettamax est un mélange d’antibiotiques et de désinfectants qui ne doit PAS être utilisé à tort et à travers, et surtout PAS en prévention ! Les américains l’utilisent surtout pour prévenir les transmissions de maladies dans les batteries, mais à long terme cette pratique affaiblit les défenses immunitaires des poissons !!!

 les vertus de la tourbe ou des feuilles de Catappa sont exploitées par certains éleveurs. (Abaissement du pH, léger antiseptique et cicatrisant).


5 - Les signes alarmants de mauvaise santé.


 Il ne mange pas ou difficilement et recrache sa nourriture.
 Il est inactif. Reste prostré sur le fond et ne monte que pour respirer de l’air à la surface, ou il reste à la surface dans un coin.
 Il fonce et se cogne sur tout ce qu’il peut (graviers, cailloux, etc.) pour essayer de se gratter
 Il a l’air plus pale, sa couleur est terne, il pourrait même devenir gris.
 Sa queue et parfois ses nageoires ont l’air collées entre elles, ou elles ont l’air rigides, elles sont fermées ou même elles partent en pièce.
 Son corps a des blessures ouvertes, il est recouvert de boules cotonneuses, il a des points rouges, des bosses ou des points blancs.
 Un ou les deux yeux sont protubérants ou enflés.
 Une ou les deux ouies ne ferment plus entièrement et restent à moitié ouvertes (enflées/inflammées). Elles sont plutôt rouges.
 Ses écailles sont hérissées (comme une pomme de pain).
 Son ventre à l’air creux ou au contraire et anormalement enflé et gros.

Voici une liste non exhaustive des personnes qui ont contribuées à fournir les informations précédentes, merci à vous et aussi aux autres que j’aurais pu oublier.

Claire - JuraBetta, Art, Vincent - jvincenzo, Michael, Jérome, Faith, Marielle, Léonard, ZigZag...

Merci pour votre collaboration.

Ciao.

Joffrey.

 

DANS LA MEME RUBRIQUE

 
 
 
Les photos présentées ici restent la propriété de leurs auteurs ainsi que de la CIL/IBSC.
Elles ne peuvent être publiées sans un accord préalable
SPIP - hébergement fcmicro.net / connectOnet
© 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL